come cut I dread

Discussion générale autour du monde du Reggae Roots
Avatar du membre
anbessa
Producer
Messages : 2094
canap winner : 1 victoire

Re: come cut I dread

Message par anbessa » 28 juil. 2022 23:22

J'ai donné une petite interview sur le sujet depuis Londres où je suis en vacances avec ma fille. C'était rapide, par téléphone, et il y a quelques éléments que j'avais formulé légèrement différemment, mais je me retrouve bien dans la transcription que la journaliste a fait de notre entretien :


«Les Jamaïcains sont ravis qu’on reproduise leur musique»
Accusé d’appropriation culturelle, un groupe de reggae a dû mettre fin à son concert à Berne. Marc Ismaïl, spécialiste du genre, dit sa consternation.

L’affaire fait grand bruit. Le groupe alémanique Lauwarm a dû quitter la scène d’un bistrot alternatif de Berne le 18 juillet. Un concert de reggae stoppé net à la suite de critiques émises par plusieurs spectateurs. Les reproches portaient sur les vêtements, la musique et les coiffures de certains musiciens. Autrement dit, le groupe était accusé «d’appropriation culturelle».
Ce terme désigne l’utilisation par les membres d’une culture dominante d’éléments culturels produits par les membres d’une culture dominée. Outrés, les Jeunes UDC ont porté plainte jeudi contre l’établissement pour infraction à la norme pénale antiraciste.
Professeur d’histoire, compositeur et producteur de musique reggae, le Vaudois Marc Ismaïl connaît la Jamaïque depuis plus de vingt ans. Il revient sur l’incident de Berne.

Comment réagissez-vous à l’interruption de ce concert de reggae?
Je suis sidéré. Je ne balaie pas la question autour de l’appropriation culturelle, mais d’interrompre un concert pour ça, c’est très disproportionné. C’est la première fois que j’entends parler de quelque chose de cette nature-là. Je trouve qu’il y a une ironie profonde dans l’intervention de ces personnes qui se disent offensées: elles réagissent à la place des gens concernés. Si un rasta jamaïcain noir dit qu’il est touché, je ne dis pas qu’il a raison, mais je peux entendre son discours et je trouve le débat intéressant. Mais là, il y a quelque chose de presque paternaliste de s’offenser «à la place de».

En quoi est-ce une réaction paternaliste?
Les spectateurs qui se sont plaints se sont fait les porte-parole de gens qui ne leur ont rien demandé. Si ça devenait la règle, il n’y aurait plus beaucoup de concerts en Suisse, à part de yodel. Je trouve que ça fait un précédent qui interpelle. C’est totalement contre-productif car après il y a des récupérations politiques. Les adversaires n’attendent que ce type de montées en épingle. La preuve, c’est que l’extrême droite et n’importe qui peut reprendre ça. Je trouve le résultat catastrophique. Ça aurait dû être un non-événement.

Des Blancs peuvent-ils porter des dreadlocks?
Les dreadlocks sont les manifestations d’une foi, le rastafari. Je ne vois donc pas la légitimité de remettre en question la sincérité d’une foi. Dans mon cas, je n’ai pas porté de dreadlocks car je n’ai pas la foi rasta. C’est comme si je mettais un signe d’appartenance religieuse alors que je ne la partage pas. Après, il arrive aussi très souvent que les Blancs portent des dreadlocks sans être rasta.

L’appropriation culturelle est-elle inhérente à la musique?
Oui. D’autant plus qu’avec le reggae, on parle d’une musique qui vient des Caraïbes, terre de mélanges. Les artistes jamaïcains sont ravis que leur musique s’exporte. C’est un sujet de fierté. Il faut rappeler que c’est une île de la taille de la Suisse romande. Cette question de l’appropriation culturelle n’est pas légitime dans la musique et encore moins aux Caraïbes. Musicalement, c’est un lieu d’inventions extraordinaires. La musique est un langage universel. Pour tout musicien, c’est une magnifique manière de communiquer.

Comment va évoluer la question de l’appropriation culturelle?
C’est une boîte de Pandore. Qui a la légitimité de s’exprimer sur cette question et qui peut décider à part les personnes qui ont créé cette musique? Je n’ai jamais entendu d’inquiétude de leur part, si ce n’est la peur que les seuls disques vendus soient de groupes non jamaïcains. Mais le fait que d’autres fassent du reggae, c’est une fierté! Les Jamaïcains sont ravis du fait que des Blancs reconnaissent la qualité d’une musique à tel point qu’ils souhaitent la reproduire. Les réactions comme celles observées à Berne délégitiment la question de l’appropriation culturelle.
"Reggae music is not not something that you hear, it's something that you feel. And if you don't feel it you can't know it" Peter Tosh
http://www.soulofanbessa.com" onclick="window.open(this.href);return false;
Image

Avatar du membre
litelet
Producer
Messages : 2446
canap winner : 1 victoire

Message par litelet » 29 juil. 2022 22:34

C'est bien que tu aies été interviewé Marc. Quelque part, de nouveau, ils auraient pu faire l'effort d'aller le demander eux même aux intéressés... Mais au moins ils ont choisi un porte-parole légitime.

Cela dit, pour moi les dreadlocks ne sont en rien la propriété de la foi Rastafari, aucun groupe ne peut s'approprier légitimement un élément culturel, pas plus les sadhus que les rastas et cela ne me choque aucunement qu'une personne écoutant du métal porte des locks sans aucune relation avec rasta, même si c'est pour le pur style, c'est son affaire et même si c'est totalement superficiel, il a le droit. On peut pas prêcher la liberté d'un côté et le conservatisme de l'autre.

Pour moi ce débat est absurde, les cultures évoluent en se mélangeant et s'interpénétrant et ça a toujours été le cas et c'est même un puissant moteur, le 4 temps ou la gamme "naturelle" ne sont pas blancs parce qu'ils s'y sont d'abord imposés et les blues notes ou la gamme pentatonique ne sont pas noires parce qu'elles y ont d'abord émergé. Associer des concepts à la couleur de peau, c'est une manière essentialiste de penser que la couleur de la peau détermine en soi ce que sont et deviennent les hommes, dans le fond c'est la base du racisme. Que les européens aient eu un passé colonial horrible et qu'il faille l'admettre enfin est une vérité tout comme le fait qu'avoir telle couleur de peau influence encore aujourd'hui injustement les possibilités qui nous sont offertes mais penser que c'est la couleur de leur peau ou leurs gènes ou leur essence qui préméditait les blancs ou les noirs ou tout autre à prendre cette direction est une vision raciste dans le sens où on considère que c'est un élément intrinsèque à ce groupe qui les a conduits à ça. Dire que les blancs étaient destinés à vouloir dominer a autant de sens que le discours colonial qui prêchait que les noirs étaient prédisposés à obéir à un maître. En plus c'est une vision fataliste qui conduit fondamentalement à valider les exactions puisqu'elles seraient inscrites et qui n'offre aucune voie de sortie ou d'amélioration. La prétendue récupération culturelle impliquerait donc de délimiter des barrières hermétiques entre les hommes suivant leurs origines, ce qui évoque quelque chose de connu...

Moi je trouve atrocement cynique que très peu de gouvernements s'excusent ou n'utilisent pas des mots comme "demander pardon" ou "reconnaître" sous prétexte de ne pas devoir payer réparation ou entrer dans un processus de reconnaissance de tort asymétrique engageant leur population passée. Et j'ai aussi trouvé mignon le pape avec sa coiffe de chef indien baisant la main d'un chef amérindien même si fondamentalement j'emmerde le pape et toute l'organisation religieuse absurde qui tourne autour. Mais il faudrait aussi être assez aveugle pour ne pas réaliser que cette non-reconnaissance de la colonisation est le pilier sur lequel se construisent certains mouvements nationalistes assez malsains dans certains pays concernés qui entravent toute reconstruction, ce qui n'a rien de légitime non plus, c'est un vrai panier de crabes. Finalement, c'est toujours cette vaine tentative de croire qu'on peut régler un problème complexe en le traitant comme une problématique simple comme "la récupération culturelle", qui prend le dessus, la poudre de perlin pin pin, on parle d'un sujet profond et complexe mais on aboutit à parler de rien, d'un fait divers, cette impression que par un moyen ou par un autre, on ne va jamais en discuter de manière authentique et sincère, mais toujours au travers du biais de ceux qui imposent médiatiquement leur récit historique simpliste au reste de la société. Rien de neuf à l'horizon hélas...

Tenda blast
Producer
Messages : 2013
canap winner : non
Localisation : Ova di mountains

Message par Tenda blast » 30 juil. 2022 01:14

Nous avons tout à fait la même vision amael. Marc je trouve nice qu'ils t'aies contacter parce qu'à un moment j'ai eu peur l'article avant celui-là donnait la parole au jeune udc et à des fervents partisans du concept d'appartenance culturelle...

Par contre, c'est vrai que j'ai tilté sur la transcription qu'ils t'ont fait concernant les dreadlocks en suisse. Pour moi, très clairement sur l'entièreté des personnes arborant des dreadlocks en suisse, il y a très peu de brerdrins vivant le voeu de Naziréat. Cela montre à quelle point c'est varié et c'est beau je trouve, chacun y va de son histoire personnelle et/ou sociale que personne ne peut anticipé. Durant mon adolescence je vivais très mal cela, parce que je voyais autour de moi que c'était une vraie mode le port des dreadlocks et je ne vivais pas du tout ça de cette manière. Aujourd'hui je vois ça avec le sourire, je trouve ça génial qu'on aie cette liberté là sur notre corps, ça n'a pas toujours été le cas, cet évènement nous le prouve.
One blessed love

Avatar du membre
Shalie
Sound System Star
Messages : 199

Message par Shalie » 19 août 2022 17:30

C'est triste... Peut-être que la prochaine fois ils iront manifester à la dance de Shaka pour avoir osé s'appeler le Zulu Warrior. Ou Sly Dunbar qui "s'approprie" le casque de chantier...

Avatar du membre
noah
Engineer
Messages : 698
canap winner : 1 victoire
Contact :

Message par noah » 20 août 2022 06:03

Pour info il vient d'y avoir une deuxième annulation à Zurich cette fois d'un chanteur non Reggae portant des locks. A nouveau dans un lieu "alternatif"

C'est vraiment pitoyable mais c'est maintenant malheureusement en marche. Les journaux en font leur articles au lieu de recentrer le débat sur la gestion de notre héritage colonial et de possibles réparations. Mais on est bien loin de ça. En Suisse beaucoup de "grandes" famille de Genève, Bâle & co ont fait fortune comme armateurs, fait souvent bien enterré...
Il y a aussi toute l'histoire de la production et commercialisation des tissus indienne, le sujet et d'ailleurs traité dans une grande exposition au château de Prangins (entre Genève et Lausanne)

Tenda blast
Producer
Messages : 2013
canap winner : non
Localisation : Ova di mountains

Message par Tenda blast » 20 août 2022 14:51

J'aimerais tout de même bien savoir qui se plaint? Aucune traces...et si de jeunes fachos étaient derrière tout ça. Et qui vont ensuite porter plainte contre le pub? Ça semble trop gros pour être vrai. De toute manière, on connait rien de ces histoires. Je préfère me retirer de tout ça, ça sent trop la connerie raciste à plein nez et la récup qui va avec.
One blessed love

Avatar du membre
litelet
Producer
Messages : 2446
canap winner : 1 victoire

Message par litelet » 20 août 2022 20:30

A mon avis c'est les gens qui tiennent le lieu en question qui l'ont décidé, dans une de leurs réunions. Si c'est comme à Berne, il faut que la totalité des membres soit d'accord dans les réunions pour qu'une décision soit prise, il suffit d'un participant pas d'accord pour que tout tombe. C'est ce qui nous est arrivé avec le sound... Une personne trouve que le sound "prend trop de place dans la salle". Qu'il y ait toute une culture sur la manière de jouer notre son, tout un travail de construction et de montage, le tout entièrement bénévolement ne fait pas le poids face à 2m2 de perdus... Bref pour avoir discuté avec des activistes de sound liés à d'autres associations dites "alternatives", il m'ont clairement dit que cette idée de récupération culturelle des locks était féconde chez de nombreux membres impliqués en politique généralement plutôt orientés extrême gauche. Yeah yeah, c'est une vision dite progressiste que de blâmer les chevelus.

On a eu une session à Bâle il y a un mois et il y a une chanteuse jamaïcaine en tournée qui a demandé à passer et a fait un petit featuring sur le sound, une miss pushée par Jammy à ce que j'ai compris (et au vu de ses riddims), je retrouve plus son nom... (Asea?) Elle a enchaîné les big up aux soundsystems activists et à l'outernational reggae culture tout son set, les forward au nom du sound, enfin tout ce qu'on connaît chez les MC de sound . Le réseau de sound et le partage d'une culture soundsystem et reggae est ce qui nous a relié, aussi lointaines étaient nos origines et c'était un joli moment de partage et je me suis dit que c'était vraiment aberrant et paradoxal de penser que ce serait respecter une culture que de se retirer le droit d'en faire partie et d'y contribuer à sa manière en toute sincérité, manifestement ce n'était pas non plus l'idée de la chanteuse, no ism and schism.

A mon avis il y aurait pourtant un vrai débat à mener sur l'appropriation culturelle même si je lui trouve pas tant que ça de domaines d'application vraiment crédibles... Il y a à la base un fondement intéressant: une volonté de reconnaissance des torts coloniaux anciens et de leurs effets actuels et une envie de ne pas perpétuer des pratiques qui entretiennent cet état de fait aujourd'hui. Avec un vrai risque de dériver au nom d'une autoflagellation mal ciblée.

Il y a le cas des oeuvres pillées à l'époque coloniale, là ça semble encore assez simple à définir. Un groupe en état de domination très marqué profite de la position de force pour s'accaparer des éléments de la culture d'un autre groupe et en tirer un bénéfice (prestige, argent) sans que les membres de la culture originelle soient crédités, valorisés et rétribués ou sans leur assentiment. En quelque sorte c'est une dépossession de la culture originelle qui est exploitée ailleurs.

Franchement, je vois pas du tout ça dans la culture reggae qui a été directement promue par les instigateurs d'origine du mouvement et a rayonné à partir de là de manière délibérée. Ca n'aurait aucun sens de promouvoir une culture à l'international sans l'acceptation de sa diffusion et donc aussi de son évolution en ces lieux. Le lien avec l'origine du mouvement est toujours resté très fort jusqu'à aujourd'hui que ce soit par la recherche de participations musicales ou le crédit donné aux artistes.

Pour moi les locks là-dedans sont juste un alibi simpliste, bien visible et bien pratique pour se dissimuler dans un débat complexe en pointant du doigt quelqu'un sans trop devoir se remettre en question.

Allez, je crois quand même qu'on peut dire que l'immense bouse d'album prétendument reggae enregistré par Police mérite un autodafé pour récupération culturelle. :)

Tenda blast
Producer
Messages : 2013
canap winner : non
Localisation : Ova di mountains

Message par Tenda blast » 20 août 2022 23:40

😅et que dire de culture club🤣

A la base comme tu dis y a la justice humaine qui n'a pas encore fait son boulot.

Mais pourquoi appeler une tortue: un loup usurpant l'agneau?
Si c'est une tentative de rendre justice, complètement bourrés quand ils ont visés... :bullet:
One blessed love

Avatar du membre
litelet
Producer
Messages : 2446
canap winner : 1 victoire

Message par litelet » 21 août 2022 08:39

Je pense aussi que c'est un joli ratage de cible. De manière intéressante, le port des dreads va redevenir un acte de rébellion. Contre la connerie et la censure "bienpensante" cette fois. J'hésite à m'en faire, du coup. :)

Tenda blast
Producer
Messages : 2013
canap winner : non
Localisation : Ova di mountains

Message par Tenda blast » 21 août 2022 13:37

:)
Du coup, jme posais la question, est-ce que les locksbeard ça compte aussi? Et avec les poils de...?🤣
Jte jure... :sarcasm:
One blessed love

Répondre

Retourner vers « Discussion Générale »