End of repatriation

Discussion générale autour du monde du Reggae Roots
Répondre
Avatar du membre
litelet
Producer
Messages : 2146
canap winner : 1 victoire

End of repatriation

Message par litelet » 20 avr. 2020 20:23

Le mouvement de rapatriement décline puis disparaît presque complètement dans les chansons à partir des early 80s (ou serait-ce un bais d'écoute :) ) et je me demandais si certains parmi vous ont une explication sur ce soudain déclin. L'intégration du discours de Selassie sur la libération avant repatriation est intégré déjà bien avant, ainsi que la sélection des "only skillful ones ina Africa"... et puis plus rien ou presque... Et ce n'est pas juste le déclin des textes rastas, qui perdurent encore mais sans repatriation.

Parallèlement, à cette question il y a cette chanson tardive de Johnny Osbourne qui à mon avis s'adresse à une sorte de false dread qui attend le Black Star Liner... je n'ai jamais été très sûr de si c'était du cynisme ou un renversement de l'idée de repatriation devenue soudain négative, comme une sorte de fuite, ou alors je n'y capte rien...


Avatar du membre
zonard
Producer
Messages : 1496
canap winner : 2 victoires
Localisation : Lyon

Message par zonard » 21 avr. 2020 01:33

C'est vrai que le thème disparait au tournant des 80's. Je sais pas exactement pourquoi mais je pense qu'il y a plusieurs facteurs... D'une part les thèmes rigoristes sont passés de mode à l'arrivée du early dancehall plus récréatif, de l'autre on assiste aussi à une désillusion, la vie à Shashamane et plus généralement en Afrique est encore plus ruff qu'à la Jam. Combien de ceux qui en ont la possibilité financière sont réellement rentrés ? Un point qui fait sourire Alpha Blondy mais pour aller où ? Avec qui ? Laisser tous leurs proches à yard ? Et pour les sufferers, la question ne se pose même pas, faut déjà remplir les assiettes.

Le rêve d'une réparation du préjudice subi avec 7 miles de bateaux alignés dans la rade de Kingston s'est confronté violemment à la réalité. Rien à faire côté politique, pas d'écho suffisant aux Nations Unies... Le thême de la repatriation est tombé en désuétude.

Quelques infos intéressantes ici sur la création d'autres sociétés visant le rapatriement avant Marcus Garvey :
https://books.google.fr/books?id=ciAbCw ... 22&f=false


Pour ce qui est de l'apparition des lyrics Repatriation, ils arrivent massivement dans les chansons à partir de 1975, juste à la mort de Selassie. La coïncidence m'a frappé il y a longtemps mais je n'ai pas d'explication...

Les thèmes tournant autour du rapatriement étaient particulièrement populaires en Angleterre, Canada, USA, car l'idée autorisait une double lecture ou chaque expatrié pouvait y trouver son compte.
Rasta pensait retour en Afrique, tandis que expatriés pensaient à un retour, non pas en Afrique mais en Jamaïque, entre déracinement et nostalgie du pays.

Vaste sujet mais un des plus importants du reggae !

Avatar du membre
litelet
Producer
Messages : 2146
canap winner : 1 victoire

Message par litelet » 21 avr. 2020 09:09

:bike: Tiens j'avais jamais fait le lien avec la mort de Selassie comme début. Un peu comme s'il fallait activer le mouvement. C'est sûr que la faisabilité matérielle a toujours été un obstacle mais ça n'a pas empêché le mouvement de commencer et d'exister, au moins comme un voeu pieux ou avec une perspective de réparation comme financement. Serait-ce un désintérêt pour la cause liée à une envie de légereté et de changement dans les early 80s, une désillusion sur la faisabilité du projet ou sur la réalité de paradis terrestre africain ou encore un changement de perspective dans le concept d'appartenance... ou tout ça...

Je suis tombé sur cet article The Politics of Repatriation and the First Rastafari, 1932–1940 qui suggère qu'au tout début du mouvement de Howell, le rapatriement était une conception non-physique du retour, plutôt un rapatriement du modèle de fonctionnement éthiopien dans la diaspora noire jamaïcaine (la citation des sources est assez bof). Dans l'article Rastafari: Still a 'Back to Africa' movement? qui contient des représentations actuelles du rapatriement, on a l'impression que l'idée de repatriation reste débattue et envisagée (même sous des variantes contrastées), toujours sans forcément anticiper réellement une forme concrète. Mais dans les chansons par contre, ça s'arrête.

Sizzla en parle un peu ici comme un projet bien vivant:

Tenda blast
Producer
Messages : 1910
canap winner : non
Localisation : Ova di mountains

Message par Tenda blast » 05 mai 2020 19:59

Pour beaucoup le rapatriement ne va pas sans ses compères. On l'appelle d'ailleurs triple R (Reparation, Repatriation, Rehabilitation). C'est d'ailleurs une demande qui avait été faite officialy à l'ONU je ne sais plus quand, lettre morte...

Malheureusement la reparation n'est pas et n'est pas prête d'être. Dés lors, le rapatriment devient bcp plus complexe et la rehabilitation on en parle même pas.
One blessed love

Répondre

Retourner vers « Discussion Générale »